"Ce qui fera la différence entre ces deux joueurs, c’est l’hygiène de vie", "Le tout c’est de réussir à garder une motivation constante, toujours chercher plus haut. "CHRISTIAN, 1M83

“Ce qui fera la différence entre ces deux joueurs, c’est l’hygiène de vie”, “Le tout c’est de réussir à garder une motivation constante, toujours chercher plus haut. “CHRISTIAN, 1M83

Basket Ball Dans La Peau – Depuis quand pratiques-tu le basket Ball, & dans quel Club as tu commencé ?

Christian – J’ai commencé le basket très tard malheureusement pour moi, j’étais déjà sénior.

J’ai vraiment commencé par hasard en 2014.

J’ai débuté le club au CMGG à Garges-les-Gonesse en Départemental 3, donc le plus bas niveau qui existe je pense.

Mon parcours est assez varié car je suis issu d’une famille sportive, j’ai pratiqué beaucoup de sport, ce qui m’a permis d’avoir très vite les éléments clefs pour un sportif qui a envie d’évoluer rapidement.  Les mots d’or pour mon père ont toujours été « Discipline et travail ». Disons donc que je suis tombé tout petit dans la marmite comme Obélix. Les dimanches matins, le réveil était à 6 heures pour courir sur la plage. C’était dur pour un petit garçon comme moi qui aurai voulu, à l’époque, jouer aux jeux vidéo au lieu de transpirer tout le temps en suivant son père.

Début en DM3, c’était aussi compliqué car je sortais du hand-ball. Bien qu’ayant des caractéristiques différentes, ce sont deux sports qui, pour moi, sont similaires. 

Je me suis auto-formé au basket, notamment grâce aux vidéos Youtube et aux matchs NBA. Le lay-up, le shoot et les systèmes pour moi c’était un autre univers à découvrir. Je l’ai perçu comme une nouvelle opportunité de devenir bon dans un autre sport. Après la DM3 j’ai décidé d’explorer d’autres pistes et j’ai repéré le club de Sarcelles Maccabi, où j’ai débuté en DM1. Dès ma première saison j’ai eu la chance de faire monter l’équipe avec mes coéquipiers en RM3. Cette première saison a été également une première réussite pour moi dans ce sport.

Depuis ces débuts réussis, je continue d’apprendre et développer mon jeu ainsi que ma condition physique.

Basket Ball Dans La Peau –Le basket est-il ta seule passion ?

Pratiquais-tu un autre sport avant ?

Christian – C’est la technicité du basket ainsi que l’adversité qu’on y retrouve, qui attisent mon intérêt. Au-delà de la discipline elle-même, c’est le domaine sportif qui me passionne. Comme d’autres sports, le basket inculque des valeurs de vie à celle ou celui qui le pratique. Auparavant, je pratiquais le handball.

Basket Ball Dans La Peau – Quel est ton plus haut niveau de jeu ?

Ton poste de jeu ?

Christian – Le plus haut niveau dans lequel j’ai eu l’opportunité de jouer est la R3. J’ai aussi fait quelques matchs amicaux en pré-nationale. J’évolue au poste d’ailier 3 ou ailier fort 4.

Basket Ball Dans La Peau – Est-ce que pour toi la taille d’un joueur a de l’importance ?

Christian – Par rapport à l’idée reçue sur la taille et le basket je pense que la taille peut être importante sur un Pivot (5). La taille va servir pour les rebonds et sur beaucoup de phase du jeu aérien. En revanche, la taille ne fait pas tout. Au basket on peut être de petite taille et être rapide ou même très adroit. Comme l’habit ne fait pas le moine, la taille ne fait pas le basketteur, seul le travail paie. Peu importe la taille du joueur il peut surpasser un joueur de grande taille s’il s’en donne les moyens. Toutefois cela peut ne pas être le cas sur tous les compartiments du jeu.

Basket Ball Dans La Peau – Si tu étais un personnage de BD ou de dessin animé, quel serait-il ?

Christian – Si j’étais un personnage animé, je serais Guts, c’est un personnage fictif du manga Berserk. Ce personnage dans tout l’animé est représenté par la souffrance qui le rend plus fort et j’avoue qu’il m’inspire beaucoup.

Basket Ball Dans La Peau – Quel est le mot qui te qualifie le plus ?

Dans la vie de tous les jours, et sur un Playground ?

Christian- Le mot qui me qualifierait le plus c’est bosseur. Sur les playgrounds mon surnom le plus courant c’est « la machine ».

Basket Ball Dans La Peau – Quel est ton pêché mignon ?

Christian -Pour ce qui est de mon pêché mignon, c’est une bonne tarte au citron meringuée.

Basket Ball Dans La Peau – Quel serait pour toi le plus beau métier du monde ?

Christian -Le plus beau métier du monde pour moi c’est le métier qui nous anime profondément. C’est ce qui résonne avec notre être tout entier, et qui s’aligne parfaitement avec notre personnalité. C’est un métier pour lequel on se lève tous les matins avec la joie et la bonne humeur. Un boulot sans routine qui te permet d’avoir du temps pour toi et pour tes proches.

Basket Ball Dans La Peau – Quel est ton joueur préféré ?

Ton équipe préférée ?

Christian -Mon joueur préféré est LeBron James, pour son impact qu’il a sur et en dehors du terrain. Il arrive à la fois à marquer l’histoire du basket au gré des saisons et il marque aussi l’Histoire de l’humanité au sens le plus large. Son implication pour sa ville et pour sa communauté est particulièrement importante. Il œuvre notamment par l’ouverture d’écoles et le don de bourses pour les jeunes désirant poursuivre leurs études à l’université.

Je n’ai pas d’équipe favorite. Toutefois je suis persuadé que peu importe l’équipe dans laquelle sera Lebron, elle se trouvera tirée au niveau le plus haut qu’elle puisse atteindre avec un véritable élément moteur tel que lui.

Basket Ball Dans La Peau – Que penses-tu du fait d’entrainer des filles ?

On entend souvent dire que “c’est difficile d’entraîner des filles!”

On entend parfois même certaines joueuses le dire …

Christian – Tout est affaire de cohésion dans une équipe féminine ou non. Je pense que cela dépend du groupe de filles que tu entraînes.  Si c’est un groupe qui se connaît depuis un petit moment c’est moins compliqué car il y a déjà une cohésion de groupe . Par contre si les filles ne se connaissent pas ou peu, cela peut être quitte ou double : soit elles forment une super team, soit il y aura une forme de jalousie au sein du groupe si le coach a une joueuse préférée ou s’il porte une attention plus importante sur une joueuse cela peut créer des conflits. Je pense vraiment que ça dépend du niveau de jeu aussi.

Basket Ball Dans La Peau – Entre deux joueurs de même niveau…Athlétique, adroit et technique, qu’est ce qui selon toi fera la différence, qu’est ce qui va faire que l’un de ces deux joueurs percera, et pas un autre ?

Une anecdote…

Christian – Ce qui fera la différence entre ces deux joueurs, c’est l’hygiène de vie, (nutrition et pratique régulière de sport), et le mental. Le tout c’est de réussir à garder une motivation constante, toujours chercher plus haut. On néglige souvent les fréquentations mais c’est important de s’entourer d’un groupe solide qui voit les choses de la même manière.

Par expérience j’ai commencé le basket en même temps, voire plus tard que beaucoup de mes amis aujourd’hui et, de par ma force de caractère j’ai pu progresser plus rapidement parce que j’ai bossé dur et que je n’ai pas négligé mon mode de vie. J’ai réussi à tenir le coup malgré les gens qui ont essayé de me mettre des bâtons dans les roues.

Basket Ball Dans La Peau – Quel serait pour toi le cri idéal pour commencer un match de basket ?

Christian Le cri idéal pour moi c’est celui que tous les joueurs ont voté. Le choix des cris par l’ensemble de l’équipe renforce la cohésion et met en évidence le lien du groupe. Le cri rassemble tout le monde, on est plus forts, plus soudé et ça met en bonne condition pour affronter l’équipe adversaire.

Basket Ball Dans La Peau – Tes meilleurs années basket, l’époque qui t’a marqué le plus !

Christian -Mes meilleures années basket, c’était la dernière année senior à Garges-les-Gonesse et l’année de la montée à Maccabi.

"Ce qui fera la différence entre ces deux joueurs, c’est l’hygiène de vie", "Le tout c’est de réussir à garder une motivation constante, toujours chercher plus haut. "CHRISTIAN, 1M83

 Basket Ball Dans La Peau – Que penses-tu de l’arbtitrage ?

Arbitrer c’est dur …dédicace à un arbitre qui a arbitré l’un de tes matchs avec BRIO …

Christian – Pour moi l’arbitrage c’est une discipline en plus dans le basket. Il faut un sang froid d’exception car il y a beaucoup de gestes à retenir et il faut savoir se faire respecter sur le terrain.

Grosse dédicace à l’arbitre Jawad Zaouche qui a su arbitrer un match où j’étais joueur. Il a été impartial et dur avec les deux équipes, j’ai beaucoup apprécié son professionnalisme.

Basket Ball Dans La Peau – Quelles sont pour toi les qualités d’un bon Coach ?

Qu’est ce qui fait qu’un Coach est un bon Coach ?

Christian – Les qualités d’un coach sont : savoir s’affirmer, montrer l’exemple, être à l’écoute de son équipe. Un bon coach doit impérativement savoir ce qui est bon pour tous ses joueurs, de manière individuel, être ponctuel et montrer l’exemple. Un bon coach doit aider au développement personnel et physique de ses joueurs, être à l’écoute de ses joueurs et aux propositions du groupe qu’elles soient sur le plan sportif ou autre.

Un bon coach, c’est celui qui défendra ses joueurs quoi qu’il arrive. C’est celui qui sera dur avec ses joueurs pour leur bien mais qui sera aussi cool et qui saura récompenser ses joueurs quand il le faut.

Basket Ball Dans La Peau Dédicace à un joueur ou à une personne…qui a marqué ou changé ta vie dans ton parcours de basketteur ?

Christian – Il n’y en a pas beaucoup qui ont eu un impact dans mon basket mais le peu de personnes qui ont changé ma vie :

Wally, mon coach actuel et mon préparateur physique. Il a transformé, voire amélioré mon corps afin que je sois plus fort.

Jawad, Il a réussi à convertir mon shoot de la main gauche sur la main droite

Kevin, mon booster il me suit régulièrement et il me motive à continuer sur la bonne voie.

Basket Ball Dans La Peau – Un message à transmettre, ou une citation préférée…

Christian -« Si tu abandonnes une fois, cela peut devenir une habitude n’abandonne jamais » . Michael Jordan

 « Toutes choses négatives comme la pression, les défis, sont pour moi une opportunité de progresser ». Kobe Bryant